Les transactions dans l’ancien chutent de 25%

nouveaux droits
Bientôt de nouveaux droits pour les propriétaires en “timeshare”
avril 14, 2015
agglomération parisienne
Décret de renouvellement des baux en agglomération parisienne
avril 14, 2015
ancien chutent

Le ralentissement du marché immobilier est bel et bien réel. Ceux qui en doutaient encore risquent d’être douchés par les chiffres des Notaires de France. Dans leur note de conjoncture pour le premier semestre 2008, les notaires relèvent ” une baisse très substantielle des ventes d’appartements et maisons dans l’ancien sur toutes les grandes métropoles de Province de l’ordre de 25% “. Un chiffre qui ramènerait le marché au volume des années 1993-1994.

“Le volume de ventes a baissé de 15 à 20 % en un an”, reconnaît par exemple Patrick-Michel Khider, un des deux fondateurs de Laforêt Immobilier. Et ce n’est pas fini. À titre personnel, Jean-François Buet estime qu’en 2008 le volume des transactions pourrait reculer de 15 à 20 % dans l’ancien.

Autre clignotant passé à l’orange, les délais de revente qui s’allongent dans l’ancien comme dans le neuf. “Il fallait en moyenne trois mois pour vendre un logement en France il y a un an, il en faut aujourd’hui six à huit selon les régions”, estime Jean-François Buet. Résultat, le nombre de mandats de vente dans les agences de la Fnaim a augmenté de 50 %.

Une tendance également ressentie au sein de la Fédération nationale de l’immobilier. Ainsi, dans une interview publiée hier dans «Les Echos», son délégué général, Henry Buzy-Cazaux affirmait que «les professionnels sont de plus en plus nombreux à n’avoir réalisé aucune transaction depuis des mois. Or, la période d’été est probante, car elle enregistre traditionnellement les déménagements de la rentrée.”